Antre du Royaume et de la Patrouille de la Brume, guilde et clan RP sur le serveur Vil Smisse
 
CalendrierAccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionséparation
Lien du Forum de L'Alliance
Vous souhaitez faire du RP mais avez déjà une guilde ? Pas de panique, la patrouille recrute aussi de nouveaux éléments !
Le Grimoire de la Brume a été réécrit, n'hésitez pas à le consulter !

Partagez | 
 

 Le Journal des Aventures de Namikill et Astrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katrina

avatar



Messages : 64
Localisation : là où je suis

MessageSujet: Le Journal des Aventures de Namikill et Astrea   Dim 26 Sep 2010 - 15:12

Désolé pour les fautes ou les oublies de mots qu'il y aura mais bon un texte de cette taille, on en oublie forcément^^ bonne lecture a vous, audacieux lecteurs.

Résumé :
Le mystère et le mensonge ravagent le Monde des Douze. Seuls deux enfants ont le pouvoir d’empêcher sa destruction. Deux enfants, qui ne soupçonnent pas l’étendue de leurs pouvoirs. Leurs choix vont bouleverser notre histoire ...

Ce que vous allez lire peut peut-être vous effrayer. Les personnes sensibles sont conseillés de ne pas lire la suite a leurs risques et périls car les événements qui surviendront après la lecture de ces aventures peuvent changer votre vie. Nous ne sommes en aucun cas responsable de ce qui vous arrivera après.

Avant de poursuivre votre lecture, sachez que les Auteurs sont des menteurs. Assimilez bien ces faits avant de poursuivre cette lecture des aventures. Gardez-le bien à l'esprit tandis que vous parcourez ces aventures. Les Auteurs tenterons de confondre votre raison, d'obscurcir votre jugement. Méfiez-vous des nombreux pièges qu'ils vous ont tendus. Ces aventures on été enterrées, il y a maintenant six siècles. Aujourd'hui, une personne les as redécouvertes mais n'est pas resté en vie assez longtemps pour pouvoir les lires car ils ont été enterrées par les gardes des deux cités qui étaient pour une fois d'accord sur ce qu'ils devaient en faire. Il faut un temps ou qui quiconque possédaient ou cherchaient simplement a les avoirs étaient passibles de mort. Si les gardes vous voient avec, ils vous les prendront de force, les brûleront et vous jetteront en prison pour le reste de votre vie et alors vous regretterez d'avoir vouloir lire ces aventures. Dans ces conditions, vous devez vous demander pourquoi j'écris ce préambule de cette aventure qui est la première d'une longue série. Et bien, c'est le bon sens qui m'y oblige. Bannir, brûler enterrés ces écrits non pas suffit a les éradiquer de la surface du Monde. Des copies de ces aventures, des traductions mémorisées, des extraits cryptés et moult autres incarnations de ces aventures ont survécu a toute ces purges. Pour notre plus grande tristesse, nous avons réalisé que le seul moyen était de les réguler: c'est-à-dire de restreindre son accès aux personnes instruites de ses dangers. Ainsi pourrions-nous neutralisés les mensonges et les demis-vérités quelles contiennes. Voilà pourquoi cette version des aventures est proposés qu'a quelques rares personnes et seulement a eux et qui nous l'espérons auront bien lues les avertissements dit avant. Ne vous avisez pas d'ouvrir et de lire ces aventures sans avoir bien lues les avertissements avant et ne le prêter jamais mais jamais a vos proches. Depuis que nous avons redécouverts ces aventures, notre étroite surveillances a permis de minimiser le début des rumeurs qui commencent a parcourir le monde des douzes. Rien de tel que l'austérité des exigences de la loi pour dissiper l'excitation qui vous prend par la découverte de ces aventures interdites. Il existe peut-être dans d'autres régions des dizaines de traductions bâtardes de ces aventures mais celles que vous commencerez a lire sont les vrais aventures rédigés par les textes originaux, voici près de six siècles. Qui étaient les auteurs des textes originaux qui vivent toujours? Les connaitriez-vous? ou allez vous les connaitre? Que sont devenus les aventures rédigés par leurs mains? Ace jours, cela demeure un mystère pour tous. Il est fort probable que jamais vous en disposerez des versions aussi proches de ces aventures de ces abominations initiales. Je me répètes, seuls quelques rares personnes triés sur le volet sont invités a lire ceci. C'est a la fois un grand honneur et une immense responsabilité. Votre lecture achevé, vous voudriez normalement liez la suite mais ne soyez pas trop pressés de la lire car cela pourrait vous changez. Aussi, prenez garde. Une vive curiosité entoure toujours ces documents chez les pauvres et les ignares et l'un de vos objectifs prioritaires sera de l'apaiser. Soyez prudent. Et de jours comme de nuit, dans la veille comme dans vos rêves car souvenez-vous... Les auteurs sont des menteurs.


Les aventures d'Astrea et de Namikill.


Consignés à l'encre noire sur un parchemin, les mots sont le paradis des insensés. En tant que pratiquante d'écriture d'histoire, je suis bien placée pour le savoir. La prononciation change; la signification évolue; rien ne survit intact aux ravages du temps aveugles.
Alors, pourquoi suis-je en train d'écrire ceci? Pourquoi me lancer dans cette folie? Ce n'est pas la 1ère fois que je racontes ces aventures maudites. Ma plume la déjà évoqué maintes fois, sous maintes incarnations: virginales, drapées dans son honneur intacte, ou maléfique,dénuée d'âme et de conscience. Je les décrits comme étant bonnes ou maléfiques, héroïne ou figurante, légère ou lourde. En réalité, elles sont toutes ses choses et elles en sont aucunes. Elles sont simplement des aventures. Pour la première fois, je vais vous racontez leurs véritables aventures. Et avec un peu de chance, la vérité me détruira. Je me souviens encore de sa promesse<<" Bénédictions ou malédictions, petite femme? Fait-en ce que tu voudras. Mais quand le fardeau du temps pèsera trop lourdement sur tes épaules, racontes nos aventures...Raconte nos véritables aventures, et tu provoqueras probablement la fin de la tienne.>> En serais-je capable? tant d'années se sont écoulées... Un milliers de conteurs, moi y a comprit ont déformés les événements à chaque narration, embellissant leurs passages favoris et altérant peu à peu jusqu'au plus infime détail. Tels des roquet affamés s'acharnant sur un os à moelle, nous avons déchiquetés leurs substances, nous les avons traînées dans la boue et souillée de notre salive jusqu'à qu'il n'en reste des lambeaux méconnaissables.
Ma main tremble tandis que ma plume parcourt le papier. Assis dans cette chambre de location, je griffonne chaque mot d'un poignet douloureux. Autour de moi, parchemins a demi effrités et livres poussiéreux s'entassent comme autant de fragment de pièces d'un puzzle. Je les chéris ainsi que de vieux amis, les gardes près de ma main et de mon coeur- Preuves tangibles de mon lointain passé. Je me souviens de leurs derniers mots aussi tranchants que la lame d'une épée. Je me souviens de leurs visages dont l'un était d'un blanc avec des cheveux courts, portant un chapeau marron identique a sa tunique et l'autre avait la peau bronzé avec des cheveux court d'un châtain clair qui resplendissait au soleil. Je me souviens surtout de leurs yeux, de leurs tristesses quand j'ai ries de leurs folies.
Maudits soit leurs yeux!
Mais c'était plus tard, beaucoup plus tard. Pour comprendre la fin, vous devez connaitre le début. Et pour comprendre ne serais-ce que le début, vous devez connaitre leurs passés, leurs passés que les brumes du temps avaient englouties et changés en mythe longtemps avant qu'elles ne me racontes leurs aventures.
Laissez-moi vous le montrez, si j'arrive a retrouver: ce parchemin qui raconte le début de leurs aventures qui a fait tant de dégâts. Ah, le voici...[/i]


Chapitre I: La rencontre.

Minuit à Frigost

C'était une nuit froide d'hiver, la neige tombait en grande quantité, il y en avait tellement qu'elle recouvrait les traces de pas d'une mystérieuse personne envelopper d'une cape noire qui courait vers une maison. Cette maison en question était d'un blanc terne avec presque aucune fenêtre a part une toute petite sur le côté droit et était fermer par des barreaux. On aurait dit une prison. L'inconnu frappa deux fois a la porte et encore trois autres fois avant que la porte ne s'ouvrit. Un homme apparut soudain sur le seuil de la porte. Il était grand avec de larges épaules mais n'était ni gros, ni maigre. Son corps qui était musclée était blanc. Aucune trace de couleur ne vivait sur son corps a part un peu de rose sur ses pommettes. Ses cheveux lui tombaient jusqu'aux épaules et était aussi raide et blond que la paille. L'homme se poussa pour laisser passer l'inconnu mystérieux et ferma la porte non sans avoir bien regarder si personne ne l'avait suivit. Il amena deux chaises en bois et ils s'assirent. Le mystérieux inconnu enleva sa cape noir et la posa sur la canapé. Il était petit, maigre et ses épaules étaient petites. Ses cheveux était aussi noir que le plumage d'un corbeau, lui arrivait jusqu'à la moitié de la taille et étaient bouclées a leur pointes. Il commença a parler et dit:
- Bonsoir Rupert, allez-vous bien depuis notre dernière rencontre?
- Bonsoir Cameron, très bien et vous? en faite, j'ai entendu des informations mais je ne sais si nous pouvons les considérés comme étant de vraies informations. Elles concernent les deux sauveurs.
- Quelles sont donc ces informations? Avez-vous trouvez où ils vont naître? Où même si ils le sont?
- A ce qu'il paraît l'un des sauveurs va naître ici sur Frigost et un autre sur l'île d'Otomai mais nous ne savons pas dans quel endroit.
- Hmm, cela pourrait nous aider si nous voulons réaliser la prophétie.Retrouvez le immédiatement.
-Oui, comme le disait la prophétie: << Un jour, deux sauveurs naîtrons et d'eux dépendra l'avenir du monde. Le combat éternel entre brâkmar et Bonta finira quand les deux sauveurs choisiront. Mais pour que l'une des cités est une chance, les trouvés, ils faut.>>
-Oui, nous avons intérêt a les trouvés! Envoyer des patrouilles patrouillés dans tout Frigost et l'île d'Otomai est-ce bien claire?
-Très claire!
Ainsi commença les recherches. Ils envoyèrent plusieurs patrouilles sur L'île d'Otomai et sur Frigost mais ne trouvèrent toujours pas les deux sauveurs.

Les naissances

*De deux sauveurs mystérieux qui ne sont pas encore nées, le destin du monde dépend de leurs choix déjà. Ensembles, ils agiront, se protégerons des menaces, liés par un lien qui grandira peu à peu et qui s'appelle... L'Amitier.*

C'était un jour d'hiver particulièrement froid qu'il faisait sur l'île de Frigost, encore plus froid que la normal. Les fenêtres des maisons étaient fermés, tous, sauf une. Dans cette maison, une jeune cratte était en train d'accouchée. Son mari se tenait a côté pour la soutenir et la sage femme surveillait l'arrivée du bébé. Dans un dernier effort, la futur maman réussis a donnée naissance a son enfant. La sage femme pris l'enfant et l'emmena a sa mère pendant qu'il commençait a pleuré et le lui tendit. La mère, folle de joie, le pris et demanda a la sage femme:
-Est-ce une fille ou un garçon?
-C'est une fille, comment voulez-vous l'appeler?
-Elle s'appellera... Namikill.

Pendant ce temps-là, sur l'île d'Otomai, il faisait très chaud, encore plus chaud que d'habitude. Les fenêtres de toutes les maisons étaient ouvertes tellement que la chaleur était étouffante. Toute sauf une. Justement, dans cette maison, ce passait un accouchement. La sage femme était en train d'encouragée la jeune mère qui était une cratte qui vivait seule. Dans un ultime effort, la futur mère réussis a faire sortir le bébé et la sage femme l'enveloppa d'une serviette. Elle s'avança vers la mère qui pleurait de bonheur et lui donna l'enfant. Elle le prit, le cala sur son bras droit droite et demande a la sage femme:
-Est-ce une fille ou un garçon?
-C'est une fille, comment voulez-vous l'appelez?
-Elle s'appellera... Astrea

Les Enlèvements.
* Il n'y avait pas eu de nouvelle naissance sur L'île de Frigost et celle d'Ötomai depuis au moins cinq ans jusqu'à qu'elles arrivent. Tous les villages des îles étaient en train de faire la fête et étaient fous de joies car ils se passaient les nouvelles des naissances, on appelle sa... Le Bonheur*

Quinze ans passèrent sur l'île de Frigost, sans danger. Il n'y avait pas eu d'autre naissance après que Namikill naquit. Mais un jour, pendant que Namikill allait faire les courses pour ses parents, une patrouille passa devant elle. La patrouille remarqua qu'elle était plutôt jeune alors qu'il n'y avait pas eu de naissance depuis longtemps et que sa peau était plus blanche que la normal ainsi que ses cheveux qui était tout blanc. Ils se rappelèrent qu'il y a quelques jours leur chef leur avait demander de chercher la seule jeune fille qui était née, c'est quinze dernière années car il n'avait trouvé aucune autre trace de naissance dans le livre des naissances des villages de Frigost et qu'ils fallaient qu'ils la ramène vivante, sans la blessée. La patrouille qui était composée d'un sacrieur, d'un écaflip et d'un xélor s'arrêta, se retourna et interpella la jeune fille. Elle se retourna, s'inclina devant eux et lueur dit:
-Bien le bonjour, que me voulez-vous?
-Nous voudrions savoir quel âge as-tu? et pourquoi ta peau est plus blanche que la normal de cet île ainsi que tes cheveux?
-J'ai 15 ans et je suis née ainsi, monsieur.
Les soldats se regardèrent les uns et les autres et maintenant étaient sûr que c'était l'une des deux sauveurs.
-Suis-nous, il faut que l'on te présente a notre chef. Il te cherche depuis longtemps jeune fille.
-Pourquoi donc me cherchait-il? et non, je n'irais pas avec des inconnus malgré que vous soyez d'une patrouille. Et si votre chef veux me voir, il n'a qu'a venir lui même.
-Tu vas venir avec nous que tu le veuille ou non! Et le pourquoi qu'il te recherche depuis tant d'année, il te le dira lui même.
-Je ne crois pas. Vous allez me laissez passez pour que je puisse finir ce que j'étais venu faire et je ne le dirais peut-être pas a mes parents.
Les soldats éclatèrent de rire. Après quelques secondes, ils réussirent a se ressaisirent.
-Bon, tu nous as bien fait rire mais maintenant il est temps d'y aller. Suis-nous.
-J'ai dis non!
-Alors, nous allons devoir t'attrapée.
Les soldats se mirent en cercle autours d'elle près a faire le moindre mouvement pour l'attraper. Pendant ce temps-là, Namikill c'était placer dans une attitude qui lui permettait de se déplacer rapidement. Ses jambes étaient fléchies, prête a bouger au moindre signe. Il se refermait de plus en plus quand elle entrevit une caisse ou elle pourrait allée dessus. Elle saute sur les épaules du garde le plus proche et monta ensuite sur la caisse. Les soldats, étonnés par son agilité, se ressaisirent rapidement et commencèrent a encerclé la caisse. Namikill qui se disait qu'elle devait tenter le tout pour le tout et sauta par-dessus les épaules du garde le plus proche en s'appuyant sur ses épaules et s'enfuit en courant vers chez elle pour tout aller raconter a ses parents. Ils étaient fou de rage qu'elle leur soit échappée. Au bout de cinq minutes, essoufflée, elle décida de d'arrêter pour reprendre son souffle et jeta un rapide coup d'oeil derrière elle, sans voir personne. Soudain, elle entendit un bruit de pas derrière elle et voulut recommencée a courir mais les ténèbres s'abattirent d'un coup sur elle et elle perdit conscience pour plongée dans un puits de ténèbres sans fond. Quand elle reprit conscience de ce qui l'entourait, elle ne vit que le noir.

Chaud, il faisait chaud, cela devenait étouffant sur l'île d'Otomai. Une jeune fille regardait le ciel bleu, perdu dans ses pensées. Cette jeune fille avait la peau bronzée grâce au soleil, ses cheveux qui lui arrivait aux épaules étaient d'un blond roux très jolie et qui faisais mettre en avant ses beaux yeux bleus qui étaient aussi bleu que l'océan et chaleureux tel un feu allumé près de vous pour vous réchauffez. Quand elle commença a beaucoup transpirer, elle décida de se bougée et d'allée trouvée sa mère pour lui demander la permission d'aller à la plage. Elle la trouva dans une maison dont les murs étaient jaunes et fait en bois avec quelques fenêtres. Le toit qui était fait de bois les protégeaient de la chaleur et il faisait une température agréable à l'intérieur de la maison. C'était la maison ou elle habitait avec sa mère. Sa mère qui était dans le salon en train de repasser le linge remarqua que sa fille avait l'expression de quelqu'un qui voudrait demander une permission. Astrea se plaça du côté droite de sa mère et lui dit:
- Dit maman, je peux allée à la plage, j'ai tellement chaud que je transpire énormément. Dit oui, s'il te plaît.
- C'est non.
- Mais pourquoi?
- Car tu n'as toujours pas fait le ménage et qu'on avaient dits que tu le ferais aujourd'hui.
- Oh s'il te plaît, je le ferais en rentrant promis!!
- Non, c'est non. C'est soit maintenant ou tu n'irais pas à la plage.
- Mais il sera trop tard après!
- Et bien, au lieu de râle, tu n'as qu'a te dépêcher a le faire.
- Mais... Bon d'accord...
Boudeuse, elle s'empara du chiffon le plus proche et commença a faire le ménage. Une heure et demie plus tard, elle avait enfin fini. Contente de pas avoir mit plus longtemps, elle alla trouvée sa mère et lui dit:
- J'ai finis le ménage maman, je peux allée me baignée, s'il te plaît?
- Maintenant que tu as finis le ménage oui tu peux y aller, mais ne rentre pas trop tard, d'accord?
- D'accord!
Elle courut se mettre en maillot de bain, prit sa serviette et fonça vers la plage. Cinq minutes plus tard, elle était en train de flotter sur l'eau, perdu dans ses pensées quand elle entendit le bruit d'une personne qui plonge dans l'eau. Elle se redressa et vit un garçon qui nageait vers elle. Il s'arrêta devant elle, confus se demandant ce qu'elle faisait étendu sur l'eau il y a a peine cinq minute alors que la elle ne l'étais plus. Curieux, il lui demande:
- Salut, que faisais-tu étendu sur l'eau? on aurait dit que tu étais morte.
- Salut, Je me baignais tranquillement et si j'était vraiment morte, j'aurais déjà coulée au fond de l'eau.
- Oui, c'est vrai tu as raison. Dit-moi, comment t'appelles-tu?
- Je m'appelle Astrea et toi?
- Moi c'est Electrylv.
- Tu permets que je t'appelle Elec? moi par contre on ma jamais donner de surnom.
- Oui, si tu veux. Je ne vois pas pourquoi on te donnerais de surnom, ton nom en lui-même en est un.
Contents, ils nageraient tout les deux vers la rive et arriver là-bas Astrea prit sa serviette et dit a Eectrylv:
- Je dois rentrée, tu habites où? peut-être que nous habitons pas loin l'un de l'autre.
- J'habite près du centre a cinq minutes d'ici et toi?
- Moi aussi! cela te dit qu'on fasse le chemin du retour ensemble?
- D'accord!
Côte a côte, ils étaient en train de marcher sur le chemin du retour chez eux quand ils entendirent un bruit. Ils se retournèrent mais ne virent personnes. Pessimiste, ils restèrent sur leurs gardent, ne croyant pas que c'était un bruit de leur imagination. Quelques minutes plus tard il ré entendirent du bruit mais ne trouvèrent encore personne une fois plus. Astrea, qui voulait quand même être sûr, demanda a Electrylv:
- Toi aussi tu as entendu ce bruit non?
- Oui, je me demande ce que cela peut-être car je ne pense pas que cela soit de notre imagination.
- Moi non plus, restons sur nos gardes.
Ils continueraient d’avancés en jettent des coups d'oeils sur les côtés mais ils n'entendirent plus aucun bruit. Juste avant d'arrivés chez eux, ils en entendirent encore un se retournèrent de nouveaux et cette fois-ci vis une personne avec un masque et deux bout de bois en main. Il les frappa si fort et si vite qu'ils n'eurent pas le temps de s'enfuir ou de faire quoi que ce soit et ils tombèrent dans le puits des ténèbres sans fonds que personnes ne pouvaient voir. Quand ils reprirent conscience, ils étaient attachés l'un a côté de l'autre et ils sentirent bouger une personne a côté d'eux. Mais même avec une personne avec eux, ils étaient tous plongés dans le noir.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Journal des Aventures de Namikill et Astrea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de la Brume :: Bibliothèque :: BIBLIOTHÈQUE :: Allée des récits-