Antre du Royaume et de la Patrouille de la Brume, guilde et clan RP sur le serveur Julith
 
CalendrierAccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionséparation
Lien du Forum de L'Alliance
Vous souhaitez faire du RP mais avez déjà une guilde ? Pas de panique, la patrouille recrute aussi de nouveaux éléments !
Le Grimoire de la Brume a été réécrit, n'hésitez pas à le consulter !

Partagez | 
 

 L'épopée Dragonienne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelback

avatar



Messages : 500
Localisation : Sous l'arbre du château d'Amakna en train de faire une sieste.

MessageSujet: L'épopée Dragonienne.   Mar 27 Aoû 2013 - 18:19

I - Le réveil de Crocabulia


Un cri strident me réveilla, et je me levai en sursaut de mon lit. Ce réveil matinal n’avait rien d’habituel, je n’entendais pas les jacassements habituels des enfants du village ou même les hommes couper du bois, à la place je pouvais entendre le silence. Mais ce n’était pas le silence familier, ce n’était pas le silence quand on se tait pour admirer le soleil au crépuscule au bord de l’eau. Ce silence là était pesant et inquiétant. Je me rendis à la fenêtre et je pus réaliser mes craintes étaient fondées … Le village était vide, aucun enfant ne jouait avec les chienchiens, aucune mère n’étendait le linge, on pouvait seulement apercevoir une brume épaisse et opaque. Je descendis donc vers la cuisine afin de voir si ma famille y était mais ce ne fut pas le cas, toutes les pièces étaient vides et pourtant les affaires n’avaient pas quittées leur place. Ils n’auraient pas pu quitter la maison sans moi, enfin je pense…  Où étaient-ils donc partis ? Que se passait-il ?

Avant de me rendre à l’extérieur, je décidai de me laver et de m’habiller, et je pus découvrir devant le miroir une plaie à ma tempe en voie de cicatrisation.  Tout s’affolait dans ma tête, je n’avais aucun souvenir de ce qui avait pu se passer, je n’avais encore vu personne dans le village, tout avait l’air si différent et personne n’était là pour m’aider.  J’en profitais pour avaler une demi-miche de pain avec des restes de porkass de la veille et une fois rassasié j’enfilai mes bottines, je pris l’arc de mon père et je franchis la porte de la maison.

Une fois le pied posé par terre, je me tenais debout face à la fontaine et j’en restais abasourdi. La brume m’empêchait de le voir depuis l’étage mais le sol était méconnaissable.  Des dizaines de cratères étaient apparus dans le sol recouvert avec des éclats colorés, on pouvait en voir des blancs, des rouges, des bleus et encore plein d’autres. Mais que s’était-il passé ?   Et je n’avais toujours pas revu un autre villageois, l’angoisse me prenait de plus en plus.  Avaient-ils été capturés par des mercenaires pour en faire des esclaves ? Ou quelque chose de pire mais je n’osai même pas l’imaginer ! Tant de violence semblait avoir été commis dans cet havre de paix. Je m’assis contre le rebord de la fontaine fumante afin de me calmer et de retrouver mes esprits. J’examinais la situation et cherchais par où commencer mes recherches,  il y avait la grotte du Norouest après le pont mais elle était fermée par une grille dont on ne savait pas comment l'ouvrir, le chemin vers le cimetière des torturés mais il était bien trop dangereux pour des vieillards, femmes et enfants. Ou tout simplement passer le village au peigne fin.

C’est sur cette décision que je quittai la fontaine et partis vers le sud à la recherche des villageois. Et le désastre continuait, les maisons avaient les vitres brisées et on pouvait voir les mêmes éclats sur les murs, mais cela n’allait pas m’arrêter, je devais savoir ce qu’il s’était passé et retrouver ma famille et mes amis ! Je continuais ma route vers la rivière quand j’entendis un cri derrière moi, je me retournai aussitôt et j’aperçus une horde de petits monstres qui me courrait après en crachant des petites flammes. Je pris mes jambes à mon cou et accourus vers la maison la plus proche. Cette course semblait interminable, et il en arrivait encore des fossés et des maisons. Arrivé au seuil de la maison, je serrai la poignée et l’enclenchai mais elle restait bloquée, la porte était fermée. J'étais assez grand pour comprendre que c’était la fin, j'étais encerclé autour de cette maison et je ne pouvais rien faire pour m’en sortir vivant. Mais je ne m’avouai pas vaincu pour autant, je sortis mon arc et encochai les flèches les unes après les autres afin de retarder l’inévitable.

J’avais beau leur tirer dessus, ils ne mouraient pas, ils semblaient très résistants et mon carquois se vidait petit à petit. Mais l’inimaginable arriva, la porte s’ouvrit et un bras m’entraîna à l’intérieur, mais comme si ce ne fut pas assez, une explosion me projeta dans la maison. Je me cognai violemment contre le sol et je sentis le sol bouger sous mes pieds. Je me relevai péniblement et rechutai immédiatement et tombai de plusieurs mètres. La chute fut brutale mais j'étais encore vivant. En me relevant, je constatais que je n'étais plus dans la maison, le sol s’était écroulé sous mes pieds sans doute à cause de l’explosion qui m’avait propulsé violemment. Je regardais tout autour de moi et découvris un lieu totalement inconnu, un souterrain sombre, avec des plateformes reliées par des ponts en bois,  des colonnes en bois venant des profondeurs et des flambeaux plantés dans des coquilles d’œufs.  
Mais j’avais oublié le plus étonnant, qui était-mon sauveur ? Je retournais vers les gravats et vis un vieillard mal en point allongé au sol ne parvenant pas à se relever ayant sa jambe bloquée par une poutre en bois provenant des fondations de la maison. Je m’approchai de lui, et remarquai qu’il s’agit Syn Jorge, le doyen du village, proclamant toutes ses prophéties sur la place de la fontaine.

« Merci Syn » , dis-je pour entamer la discussion

Il répondit par un grognement, il devait souffrir le martyre sous cette poutre. J’essayai de le dégager mais je n'était pas assez fort pour cela.

« Ne gâche pas tes forces gamins, me lança-t-il.

- Mais vous n’allez pas restez là, vous venez de me sauvez la vie.

- Tu ne peux rien pour moi, et je serais trop faible pour continuer ... »

Il peinait à finir ses phrases mais cela se comprenait, je fis de mon mieux pour soulager ses souffrances en redressant son dos et je le le questionne :«  Que s’est-il passé ici Syn ? m’exclamai-je

- Les gamins ont trouvé des œufs dans un trou comme celui-ci et les ont ramenés au village, il grommelle de plus en plus fort … »
Il toussa fortement et cracha du sang, sa mort arrivait et c’était à cause de moi, le pauvre. Il reprit : « Puis comme tous les œufs, ils ont éclos, et ont attaqué les villageois et ce fut le début de l’apocalypse comme je le prédis, mais personne me croit de tout façon. Bande de niais !

- Sont-ils tous morts ? Y’a-t-il des survivants ? Lui demandai-je.

- Oui, ils en ont emmenés un groupe pour la nourrir.

- Nourrir qui ? »

Un nouveau cri retentit tout à coup, comme celui qui m’avait réveillé ce matin, mais il était encore plus puissant et terrifiant.

Je me levai et m’écriai : « Qu’est ce donc ?! »

Dans un dernier souffle avant de passer l’arme à gauche il soupira : « Pour la nourrir elle. Crocabulia s’est réveillée !»
Revenir en haut Aller en bas
~ Handsome ~

avatar



Messages : 215

MessageSujet: Re: L'épopée Dragonienne.   Mar 27 Aoû 2013 - 22:28

La suite, la suite!
Revenir en haut Aller en bas
 

L'épopée Dragonienne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de la Brume :: Bibliothèque :: BIBLIOTHÈQUE :: Allée des récits-