Antre du Royaume et de la Patrouille de la Brume, guilde et clan RP sur le serveur Vil Smisse
 
CalendrierAccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionséparation
Lien du Forum de L'Alliance
Vous souhaitez faire du RP mais avez déjà une guilde ? Pas de panique, la patrouille recrute aussi de nouveaux éléments !
Le Grimoire de la Brume a été réécrit, n'hésitez pas à le consulter !

Partagez | 
 

 Entre la vie et la mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abzal

avatar



Messages : 15

MessageSujet: Entre la vie et la mort.    Jeu 25 Fév 2016 - 17:46


[hrp : vous allez sûrement vous demander pourquoi Abzal poste ici, et bien vous comprendrez pourquoi plus bas, je préfère faire ça de manière Rôle Play parce qu’un scénario m’est passé par l’esprit.]

Abzal dormait paisiblement, allongé sous un arbre, se prélassant sur la plage d’Otomaï. Le vent soufflait doucement sur son visage couvert de plaies. Il rêvait qu’il partait à l’assaut, pour dissoudre le Crocabulia seul, au moment où il allait lui asséner le coup fatal il sentit une immense douleur sur son crâne et ouvrit les yeux. Un kido venait de lui foncer littéralement dedans, à moitié plumé, probablement par un Bitouf à en croire les plumes qui ne lui appartenaient pas.

Accrochée à la patte de l’oiseau, une lettre, Abzal s’en saisit et le Kido s’en alla en boitant. Il déplia le parchemin et pu lire :

Mon cher Abzal,

Cela va probablement te sembler déroutant de lire cette lettre, c’est pour cela que je comprendrai que tu ne me croies mais j’ai besoin de toi et tu dois connaitre la vérité. J’ai appris il y a quelques temps la mort de tes parents, et ce qui était arrivé à ta sœur, je m’en trouve désolée. J’ai mis du temps à te retrouver et encore plus à faire un pas vers toi, tu ne m’as probablement jamais aperçue car je sais très bien me cacher.

Voilà, je suis ta sœur, oui tu dois trouver cela totalement absurde, tu as vu mon corps inanimé sur le sol, tu m’as pleuré et tu as fait ton deuil il y a cela des années mais je suis bel et bien revenue. La mort est une expérience des plus étranges et je suis tenue au secret de ne pas la décrire, mais il se trouve qu’à un moment j’ai eu à faire un choix des plus compliqués. J’ai rencontré quelqu’un nommé Uk’Not’Allag, peut être en as-tu déjà entendu parler ?

Lorsque nous nous sommes rencontrés, j’étais désespérée et je venais de prendre conscience que ma vie était bel et bien terminée, c’est pour cela que lorsqu’il m’a proposé un marché, j’ai accepté. Comme je te l’ai dit le choix fut difficile mais il m’a permis de retrouver la vie sous une forme différente pour ne pas être reconnue mais aussi pour d’autres raisons que je ne peux pas développer ici.

Laisse-moi une chance de communiquer avec toi, je ne suis pas en mesure de me montrer à toi car beaucoup de choses m’en empêchent mais saches que nous ne pouvons être au même endroit au même moment, nous sommes liés.

Petit tofu volera de ses propres ailes.

Ta sœur qui t’aime, malgré tout.



Abzal qui était sceptique pendant toute la lecture de la lettre n’eut plus de doute sur l’identité de la personne qui l’avait écrit lorsqu’il vit la mention du Tofu. Lorsqu’il était enfant et qu’ils n’arrivaient pas à faire quelque chose, la mère d’Abzal leur disait à lui et sa sœur « un jour, petit volera de ses propres ailes ». Personne hormis leur famille ne savait qu’ils employaient cette expression.

Il décida donc de demander dans un long parchemin une explication à tout ceci, et l’accrocha à la patte d’un Bitouf pour que le message arrive vite à sa destinataire. Le « malgré tout » à la fin de la lettre semblait assez suspect.

Des jours passèrent avant qu’Abzal ne reçoive une réponse de sa prétendue sœur, mais il n’avait pas perdu espoir, mais ce qu’il lut ne fit que l’inquiéter encore plus.

Abzal,
Ceci est sûrement ma dernière lettre avant que je stoppe tout contact avec toi, c’est sûrement trop dangereux.
Voici mes explications :

Lorsque que j’ai rencontré Uk’Not’Allag, j’étais désespérée et il m’a proposé un marché, je pouvais revenir dans le monde des vivants si je changeais du tout au tout, j’ai immédiatement accepté. Mais en acceptant je ne savais pas que je m’engageais d’une certaine façon, sans même écouter les conditions de mon retour.

Il continua alors son discours et il changea radicalement de ton, ses paroles étaient assez déstabilisantes. Il avait il y a longtemps eu un allié Vil Smisse et de temps à autre proposait à des âmes ayant perdu la vie et se dirigeant vers la mort de rejoindre son ami Roublard pour faire partie de ses disciples. Mais pour cela il fallait payer un prix, de nombreuses personnes choisissaient le Dieu Vil Smisse lorsque le moment était venu mais peu savaient qu’une autre possibilité s’offrait à nous, dans l’au-delà.

J’avais accepté et il était trop tard pour refuser, je devais donc lâchement faire ce qu’on me disait de faire. J’étais prête à leur reverser le moindre de mes kamas, battre les créatures les plus monstrueuses mais je ne pensais pas que j’allais devoir faire quelque chose d’horrible. En effet Abzal, par ma faute, tes jours sont comptés, par ma faute, chaque fois que je m’endurcis, tu faiblis. Je suis pour le moment trop faible pour que tu t’en aperçoives mais arrivera un jour où tu perdras la vie. Une âme contre une autre voilà ce qu’on m’a dit.

Je te promets que j’ai essayé de revenir en arrière quand j’ai appris ce que tu risquais mais je ne pouvais rien faire, nous destins étaient liés et je ne pouvais faire marche arrière. Tu n’es pas censé être au courant mais je te le dis car le remords mon ronge. Nous ne pouvons pas nous voir car si nous nous rencontrons, cela créera un déséquilibre et nous mourront tous deux.

J’aurai aimé pouvoir te serrer une dernière fois dans mes bras et m’excuser mais je ne pourrais jamais le faire, je t’ai condamné à mort. Si tu m’en veux, je comprendrai parfaitement, ce que j’ai fait est impardonnable.

Je t’ai vu avec tes compagnons de la Brume, tu sembles heureux et je te retire ce bonheur, j’aimerai les connaitre, je me suis toujours entendue avec les gens que tu aimais bien. Alors même si nous ne pouvons pas nous rencontrer, j’aimerai que de ma part tu demandes à tes acolytes si je peux intégrer le royaume. Si tu as confiance en eux, alors dis leur ce que j’ai fait et ils pourront refuser de m’accepter. Mais je suis prête à prendre ta relève si tu le souhaites, dans ce cas, moi Nakuza jure allégeance au Monarque de la Brume et à son Royaume, qu’elle m’emporte si je faillis à cette tâche.

Ta Sœur qui t’aime,
Nakuza.


Les sentiments d’Abzal étaient tellement confus de la nouvelle qu’il venait d’apprendre qu’il ne savait pas comment réagir. Machinalement et suivant son instinct il écrivit une lettre au Royaume pour recommander sa sœur. Puis il fut plongé dans une torpeur, comme paralysé par la nouvelle qu’il venait d’apprendre.

[Hrp : pas besoin de me présenter, vous me connaissez déjà tous mais comme dit plus haut, je voulais que ma Roublarde est une vraie candidature qui ait un lien logique avec ce que je suis en train d’entreprendre en jeu.
En effet, comme certains d’entre vous le savent déjà, j’avais pour projet de changer de classe car celle de Sacrieur me lasse un peu. Mais vu les frais à payer pour le changement de classe, autant recommencer un personnage depuis le début.
Je vous présente donc Nakuza ma Roublarde qui n’est pour l’instant que cercle 6x mais qui je pense vas monter assez rapidement.]
Revenir en haut Aller en bas
 

Entre la vie et la mort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de la Brume :: Bibliothèque :: BIBLIOTHÈQUE :: Salle des Archives :: Archives des candidatures acceptées-