Antre du Royaume et de la Patrouille de la Brume, guilde et clan RP sur le serveur Vil Smisse
 
CalendrierAccueilPortailFAQS'enregistrerConnexionséparation
Lien du Forum de L'Alliance
Vous souhaitez faire du RP mais avez déjà une guilde ? Pas de panique, la patrouille recrute aussi de nouveaux éléments !
Le Grimoire de la Brume a été réécrit, n'hésitez pas à le consulter !

Partagez | 
 

 Le Féca qui avait fâché Xélor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spree

avatar



Messages : 470

MessageSujet: Le Féca qui avait fâché Xélor.   Ven 7 Juin - 4:09

Préface

Le monde dans sa totalité et les Douze Dieux eux-mêmes sont en accord sur un point : Il n’est pas facile de conter sa propre histoire. C’est pourquoi certains se contentent de vanter leurs exploits, tandis que d’autres taisent leurs mésaventures. C’est donc par ces lignes que je décide de commencer mon récit, celui qui me contera durant mes heures les plus sombres et mes plus glorieuses batailles.  






- Le 10 Martalo six cent vingt-trois a dix-neuf heure vingt minutes est né sous la protection de Ménalt, à la chapelle des Ballotins du village d’Amakna, Frenzo Ethamos. -

Extrait de l’acte de naissance d’Ethamos Frenzo daté du 12 Martalo 623.



Ma naissance fut banale et sans complication, mais cela n’empêcha pas mon père de s’inquiéter pour autant. Il faut dire que ce disciple de Xélor il arrivait toujours en avance à un rendez-vous, que ce soit pour ma naissance ou pour l’ouverture de la boulangerie. Donc, comme à son habitude il était présent 2 heures avant même que ma mère arrive portée à bout de bras par 3 hommes du village jusqu'à la chapelle, à croire qu’il avait senti des contractions avant sa femme ! Sa femme d’ailleurs, ou plutôt ma mère, elle aussi avait jurée allégeance à Xélor mais elle n’était pas aussi assidue que mon paternel. Très souvent en retard, cette naissance devait bien être la première fois qu’elle était à l’heure. Et c'est cette curieuse et improbable union venait alors de m’offrir la vie.



- C’est avec grand honneur que je déclare Emit fils de Kinp et Dyfol Frenzo ; et Edonces, fille d’Etunime et Ereu Limbicil, Mari et Femme! Vous pouvez embrasser la mariée… -

Extrait du discours du Prêtre Geppeto  II lors du mariage d’Emit et Edonces Frenzo daté du  17 Joulier 620.





Tradition.



Je ne garde que très peu de souvenirs de ma petite enfance, le seul qu’il me reste se déroule aux alentours de ma première année. Dans ma famille, lorsqu’un nouveau-né est capable de se mouvoir par ses propres moyens il est considéré comme capable de  prendre sa première décision. Elle n’est pas des moindres, en effet lors d’une réunion familiale, comprenant oncles, tantes, grands-parents, cousins et  animaux de compagnies, le tout petit devient la pièce principale d’un rituel perpétué  depuis des générations. Il est  déposé au centre d’une table ronde et autour de lui sont disposés 12 objets : Un Kama, un soulier, un sablier, un dé, une épée de bois, une choppe, un tofu en cage, une fiole de sang, une flèche, un os, une potion de soin et ainsi qu’un bouclier. Chacun de ces objets représentent une divinité de notre monde, le bambin devait s’avancer vers l’objet de son choix et c’est ainsi qu’il choisit sous l’effigie de quel Dieu il passera le restant de ses jours. Je parle de choix, mais il n’y en a pas, dans une famille composée uniquement de disciples de Xélor tout le monde s’attend à ce que l’enfant se dirige vers le sablier, et tout est bon pour l’y amener, on lui tend un jouet afin de l’appâter, on lui ordonne de le faire, un rituel qui peut paraitre honorable au premier abord mais qui se transforme vite en un enfer sans nom, j’entends encore les échos de leurs voix sifflantes et criardes, leurs cris d’encouragements qui me semblent n’être que des hurlements effrayants .

La suite, vous la connaissez, du moins une partie. Je me redressai et m’avançai donc vers ce qui semblait être le déclenchement d’une apocalypse sans mesures s’il on se fiait aux regards effarés des spectateurs du drame. Ma petite main encore boudinée toucha l’objet et s’en saisi dans un cri de joie suivi d’un long rire. La salle entière sombrait dans un effroyable silence, silence qui se brisait à chaque éclat de rire. Un vieux Xélor se leva, sa main gauche tremblotante le tenant en équilibre sur sa canne tandis que l’autre pointait avec effroi l’objet que j’avais dans les mains, un simple bouclier sculpté en Frêne. «C’est un scandale !» Hurlèrent-ils en chœur, «Ce petit n’est pas des nôtres !» crièrent d’autres.

- Tous crachaient leur venin sur le petit être posé sur la grande table ronde alors que ses parents, couverts de honte, s’éclipsèrent. -




- Il n'y a aucune explication a fournir ! On ne perturbe simplement pas une tradition ! -
Tomiep, un des Oncles, au sujet de l’incident.





Lestelle.



Malgré la désastreuse cérémonie, c'est bien en tant que disciple de Xélor que l'on m'éduqua. Et c'est à mes neuf ans que le temple de mon village m'ouvrit ses portes ; c'est la-bas qu'on enseignait aux plus jeunes la discipline Xélor.
Les années avaient passé mais malheureusement pour moi le souvenir de l'incident était toujours dans les esprits. Non seulement mit à l'écart par les autres élèves, tous les adultes chargés de notre éducation rechignaient à m'enseigner la doctrine Xélor, tous sauf une, Lestelle. Il n'est pas rare qu'un élève aussi jeune tombe amoureux de sa professeur et je dois l'avouer, ce fut mon cas. Elle devait avoir aux alentours de 20 ans la première fois que je l'ai vu, les longues manches de sa robe moniale laissaient entrevoir les fines bandelettes qui recouvraient partiellement son corps, elle venait de me tendre sa main afin de m'aider à me relever alors que l'on m'avait bousculé hors du rang et j'avais levé la tête afin de comprendre a qui appartenait cette poignée amicale. Son visage était découvert, ses yeux semblaient refléter la Rivière Kawaii : un bleu clair piqueté par des touches de vert, son teint pale trahissait ses heures enfermée dans la bibliothèque du temple et ses lèvres m'adressaient un sourire débordant de compassion alors qu'une mèche de ses cheveux roux lui chatouillait le nez. Évidemment Lestelle se chargea de m'apprendre ce que les autres professeurs me refusaient et malgré son jeune age elle était probablement l'une des meilleures enseignantes du temple, si bien que la première année me démarqua des autres élèves au niveau des connaissances de la doctrine Xélor.

Si la première année restait un brassage des théories concernant le temps, les suivantes étaient quant à elles consacrées au maniement des sortilèges et des accessoires enchantés du parfait petit Xélor. Nous devions aussi choisir notre mentor, nul besoin de préciser sur qui se porta mon choix...
Les choses sérieuses avaient donc commencé pour moi et la flopée d’étudiants qui l'avaient choisi, eux aussi. C'est ainsi que je fis la connaissance de Fray dont les regards évasifs et les joues rougies par l’embarras démontraient qu'il ne se sentait pas à sa place au temple. Il n’était en effet pas très bon élève et se retrouvait souvent mit à l’écart du groupe, cela nous faisait un point commun, sur lequel j'avais forgé une amitié naissante.
C'est donc en compagnie de Fray que j’écoutais les enseignements de Lestelle. Elle prenait le temps pour tout le monde, toujours soucieuse de la réussite de chacun. Je n’étais plus amoureux d'elle, l'isolement du temple me permettait de voir mes parents que très rarement et logiquement, Lestelle est devenue une véritable figure maternelle à mes yeux ainsi qu'aux autres élèves. C’était elle qui veillait le soir près des dortoirs afin de s'assurer que tout le monde se reposait après une dure journée et lorsque mes peurs d'enfant m’empêchaient de fermer l’œil j'allai la voir. Elle me posait alors toujours la même question : « Etham, pourquoi n'es-tu pas encore couché ? » et je répondais par le même silence gêné. Elle m'adressait ensuite un sourire complice, me prenait sur ses genoux et me contait toujours la même histoire durant laquelle le sommeil m'emportait avant la fin du récit.

- Il était une fois, un jeune aventurier et une jeune aventurière qui se mirent en quête d'un œuf magique... -
Extrait du livre Contes pour enfant Amaknéen : Les Grandes Aventures



[A suivre]
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Féca qui avait fâché Xélor.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume de la Brume :: Entrée du royaume :: HISTOIRE DU ROYAUME ET SES MEMBRES-